Connu pour son street-art engagé, l’artiste Banksy a soumis anonymement une œuvre anti-brexit pour l’expo annuelle de la Royal Academy de Londres. L’institution a refusé de l’exposer… jusqu’à ce que l’artiste révèle son identité.

L’histoire aurait pu passer inaperçue. C’est sur son compte Instagram que l’artiste raconte son histoire. Il soumet son « Vote to Love », une œuvre résolument anti-brexit sortie en 2016, pour l’exposition annuelle de la Royal Academy de Londres qui ouvrait cette semaine.

Cette exposition est l’une des seules qui accepte les soumissions d’artistes en tous genres, connus ou non. Banksy tente sa chance en soummettant l’œuvre sous le pseudonyme de Bryan S Gaakman, un anagramme de « Banksy anagram ». L’institution refuse simplement.

Ce n’est qu’un mois plus tard que Banksy reçoit un mail de Grayson Perry, le conservateur de l’exposition, lui demandant s’il voulait bien soumettre une œuvre. Ce dernier renvoie le fameux « Vote de love », qui est finalement accepté.

Dans une déclaration au New York Times, la Royal Academy affirme que l’œuvre est aujourd’hui exposée mais que l’artiste a soumis une version différente de celle envoyée en premier lieu.

Elle est aujourd’hui affichée à un prix de 350 millions de livres, en référence à la promesse de campagne des pro-brexit qui affirmaient que cette somme iraient dans les caisses du National Health Service si le Royaume-Uni quittait l’Europe.

« Vote to Love » à l’exposition d’été de la Royal Academy