Après Britney c’est au tour de Missy Elliot, car c’est bien connu, les créateurs sont tous des groupies comme nous.

L’image marquante du show Gucci : une jeune mannequin, teint blafard qui tient sa propre tête en guise de sac à main. Marie-Antoinette ? Les Jumelles de Shinning ? En réalité, rien à voir avec la Grande Histoire de France ou le cinéma d’auteur. Ce show Gucci, c’est la digestion d’heures passer à regarder les clips de Missy Elliot. Où était Alessandro Michele en 2001 ? Il réglait son magnétoscope pour enregistrer les vidéos créées par Dave Meyers et Missy Elliot pour l’album « Miss E…So Addictive » .

 

Missy Elliot en Gucci quelques mois avant le défilé, portant un veste à $6500, Michele déprime au milieu de sa clinique Gucci

Gucci, Money, Money : l’odeur de l’argent

En février 2018, Gucci fait trembler Wall Street. La marque bat des records de profits. Pourtant, le personnage à la tête de la maison n’a rien du look du parfait élève. Exubérant, il ose une mode où toutes les références culturelles se mêlent. Ce côté décalé devient rapidement la marque de fabrique d’Alessandro Michele et tout ce qu’il touche se transforme en or. Un midas pour millénial. Gucci reste une maison emblématique de la mode, alors pour rentrer dans le moule, Michele incorpore suffisamment de références à l’art classique et contente tout le monde.

S’il cite allégrement son goût pour l’art baroque, qu’en est-il de sa passion pour les clips de Missy Eliott ? Elle, qui de son côté n’a jamais hésité à s’afficher en total look Gucci. Michele parle « de fin du monde » : le symbole de la tête découpée serait à insérer dans ce récit tout comme l’invitation sous forme de compteur. Un décompte avant la fin du monde ou un tout autre compteur ?

Invitation d’un défilé Gucci

Ludacris remonte la pendule dans One Minute Men

Missy Eliott : You can’t be the Boss Michele

En 2001, Missy Elliot, 30 ans sort un troisième album. Dans « One Minute Men » elle joue avec les symboles de la domination masculine et sa propre identité en tapant là où ça fait mal : l’éjaculation précoce. Un problème chez Michele qui ne peut pas tenir jusqu’au bout le fil de ses références ?

Il faut dire qu’à cette époque, une femme (black, masculine) qui parle de ce problème, ça a de quoi faire débander les machos. Dans les clips R’n’B, la plupart des femmes dansent le corps ruisselant contre les murs d’une boîte « underground » tandis que le chanteur sur le devant de la scène balance tous les symboles de la réussite : Rolex, dollars, Lamborghini tunnée et total look Gucci. C’est une lutte de race, une lutte de classe.

Avec Missy Eliott s’ajoute la revanche du genre. Elle tient le devant de la scène et ses amis rappeurs sont en featuring. Si les symboles du luxe sont les assouvissements du succès personne ne pense que les symboles du rap viennent aujourd’hui offrir un cachet trendy au géant du luxe ? Un échange de bon procédé ?

 


Copywritten, so don’t copy me

Y’all do it, sloppy-ly
And y’all can’t come close to me

Alessandro Michele tiendra t-il ?

Dans un hôtel surréaliste, les hommes sont transformés en objets : au sens figuré, mais au sens propre, également, puisqu’ils hantent les couloirs comme des statues de sel. Un thème surréaliste exploité par Michele qui hisse sur le podium des mannequins dont les superpositions de vêtements donnent des airs de momies vivantes. Michele ne s’est pas arrêté à « One Minute Men ». « Get Ur Freak On » fait également partie de sa compil’ VHS. Sur une musique au son oriental Missy entre en imprimé militaire, dans un monde alternatif où des sages japonais crient « start dancing together wildly now » (dansez sauvagement).

« Culture Hip-Hop » , un terme galvanisé, réducteur, qui ne rend pas justice au travail de Missy Eliott. Bien avant Michele, ses clips sont les preuves d’un art qui combine les cultures tout en tenant le fil d’un discours : une lutte pour montrer un autre type de femmes noires, qui elles aussi éprouvent du désir. Michele a -t-il du désir? Le défilé Gucci commence sur Stabat Mater, un hymne catholique médiéval à Marie, qui décrit ses souffrances en tant que mère de Jésus-Christ. Le désir le fait souffrir.

Extrait du clip Get Ur Freak On

Look du défilé Gucci AH18 à Milan

Une lutte entre le corps et l’esprit. Une dissociation qui n’a pas lieu d’être. Missy Elliott l’exprime dans Get ur Freak on puis dans One minute Men. La séparation entre le corps et l’esprit (ou le cartésianisme) a réduit le corps à un objet, une machine qui doit être utile, rentable. Ce corps au travail n’est plus une géographie du plaisir, il crée des troubles, des éjaculations précoces. Missy Eliott est loin d’être précoce sur le sujet et n’en veut pas à Michele. Un jour, il assumera ses VHS de clips MTV sur lesquelles il a ré-enregisté  des épisodes de Secrets d’Histoire avec Stephane Bern.