Virgil Abloh, créateur star de la marque Off White, vient d’être nommé en ce début de semaine à la direction artistique de la maison Louis Vuitton. Il est ainsi le 3ème homme noir à occuper cette position dans l’histoire de la mode.

C’est une première pour la célèbre maison française. Louis Vuitton nomme un homme noir à la tête de la direction artistique des collections homme. Il succède à Kim Jones, parti la saison dernière. Mais pourquoi cette nomination fait-elle tant parler ?

Les maisons de luxe française sont très peu à avoir nommé une personne de couleur à leur direction artistique. Oliver Rousteing chez Balmain et Ozwal Boaten chez Givenchy entre 2003 et 2007. L’un est encore en poste, l’autre ne l’est plus. Techniquement, Virgil Abloh devient donc le deuxième homme noir à ce poste actuellement.

Une nomination doublement significative quand on sait les revers essuyés par Vuitton lorsque Marc Jacob fut accusé d’appropriation culturelle en 2012 et en 2017, notamment lorsqu’il fait défiler des mannequins blanches en dreads, imitant les coiffures africaines. Idem chez l’homme, lorsque Kim Jones s’approprie des imprimés ethniques appartenant au peuple Basotho. Enfin, on remarque un virage street-wear chez les maisons de luxe, rapprochant ainsi 2 mondes autrefois opposés.

De là à parler d’appropriation de la rue par l’industrie du luxe, il n’y a qu’un pas, mais l’heure n’est plus à la polémique. Car la diversité est un problème connu dans la mode et beaucoup d’acteurs sont en train de le prendre à bras le corps.

Ainsi, en nommant Virgil Abloh, Louis Vuitton veut nous dire qu’ils ont compris la leçon. La plupart des « heritage brands » (des marques « Historiques » au même titre que Gucci, Burberry, Balenciaga…) dans le monde ont bien souvent à leur tête des hommes blancs. Peu de femmes et peu d’hommes de couleurs donc.

Cependant, la mode jase, certains observateurs râlent dans les coulisses. Dans un cercle très fermé où beaucoup sont des anciens de la Central Saint Martin’s, d’Anvers ou de la Parsons à New York, Abloh arrive comme un cheveu sur la soupe. Ancien architecte, il connait le succès avec une marque streetwear purement commerciale. Raf Simons va même jusqu’à parler de manque d’originalité de la marque dans une interview pour GQ.

Après le succès foudroyant de la collaboration avec Suprême, l’effet Abloh permettra peut-être à la maison française de renouer avec le succès et de truster les pages streestyle pendant les Fashion Week.  Une chose est sûre, cette nomination marque un tournant historique pour Vuitton mais surtout pour la mode en général.